Soyaux.fr
Ville d'espaces et de contrastes

La gestion des risques

La gestion des risques

Mise en place du Plan Communal de Sauvegarde

Toute commune de plus de 5 000 habitants a l’obligation de mettre en place un Plan Communal de Sauvegarde (PCS) relatif aux risques majeurs naturels ou industriels. Cette disposition est régie par le décret n°2055-1156 du 13 septembre 2005.
« Le Plan Communal de Sauvegarde définit, sous l’autorité du Maire, l’organisation prévue par la commune pour assurer l’alerte, l’information, la protection et le soutien de la population au regard des risques connus. Il établit un recensement et une analyse des risques à l’échelle de la commune. Il intègre et complète les documents d’information élaborés au titre des actions de prévention. Le PCS complète le plan ORSEC de protection générale des populations ».

Des risques ont été répertoriés sur le territoire de la commune :
Des risques naturels :
- feux de forêts (massif boisé des Brandes),
- inondation (vallée de l’Anguienne),
- mouvements de terrain (présence de carrières) / retrait et gonflement des argiles,
- risques sismiques faibles.

Des risque technologique :
- transport de matières dangereuses.

L’objectif du PCS (Plan Communal de Sauvegarde) est de mettre en œuvre une organisation fonctionnelle réactive (testée et améliorée régulièrement) en cas de survenance d’évènements graves afin de sauvegarder des vies humaines, diminuer les dégâts et protéger l’environnement. L’anticipation des risques va permettre de coordonner les moyens et services existants afin d’optimiser la réaction en créant la Cellule de Crise Communale (CdCC).
Le Document d’Information Communale sur les Risques Majeurs (DICRIM) est l’outil d’information des populations. Il regroupe l’ensemble des informations utiles et les consignes à mettre en œuvre, sous l’autorité du Maire, en cas de déclenchement d’un événement mettant la population en danger.
Il est consultable en cliquant ici : DICRIM

 

Le Plan Vigipirate

logo-vigipirate

Même si actuellement aucune menace particulière ne pèse sur la commune, l’ensemble du territoire national est appelé à la vigilance avec le renforcement du Plan VIGIPIRATE compte tenu des derniers événements.

Il est demandé aux acteurs locaux qui œuvrent à l’accueil et au service du public d’opérer les préconisations énoncées ci-dessous et/ou contenues dans le Plan VIGIPIRATE :

- Apposer à l’entrée d’un bâtiment recevant du public le logo VIGIPIRATE qui est téléchargeable à l’adresse informatique suivante : www.risques.gouv.fr

- Surveiller et contrôler, dans la mesure du possible, les accès afin de s’assurer que les personnes qui se trouvent dans le bâtiment disposent d’un motif de présence légitime.

- Signaler aux autorités compétentes, si nécessaire, la présence d’objet suspect notamment de sac ou de colis dont le propriétaire n’est pas identifiable.

- Veiller, pour les établissements scolaires et les lieux d’accueil d’enfants, à ce que les accès soient fermés systématiquement pour que personne ne puisse pénétrer dans l’enceinte de l’établissement à l’exception des heures d’entrée et de sortie des élèves ou à moins d’avoir rendez-vous avec un personnel de l’établissement (valable pour les activités proposées au sein d’un établissement dans le cadre périscolaire).

- Ne pas stocker d’objet pouvant servir de combustible à proximité d’un bâtiment public (carton, palette…).

- Vérifier dans le bâtiment le bon fonctionnement des alarmes et des moyens de communication.

- Prévenir les risques de piratage informatique en n’ouvrant pas de mail qui pourrait présenter un caractère suspect.

- Les personnels municipaux travaillant en dehors des horaires habituels ou des heures d’ouverture au public sont autorisés à fermer l’accès aux locaux.


Il est également demandé à la population de concourir à la vigilance générale, notamment :

  • En facilitant les contrôles (ouverture de sac(s) par exemple) aux entrées des lieux publics ou lors de manifestations lorsque cela est demandé par les organisateurs ;
  • En étant vigilant à la surveillance de ses effets personnels et en signalant aux autorités compétentes tout comportement ou objet suspect (composer le 17) ;
  • En ne déposant pas d’objet pouvant servir de combustible à proximité d’un bâtiment recevant du public ;
  • En appliquant, en cas d’attaque, les consignes contenues dans la plaquette suivante, intitulée « réagir en cas d’attaque terroriste ». Lien qui permettra de télécharger la plaquette.